Quelques usages pédagogiques des QCM

Informations

Auteurs : Nelly Tarbouriech, Rectorat de l’Académie de Grenoble. Le quizz a été réalisé par Émilie Besse, projet ReflexPro.

Date de création : Novembre 2015, révisé en Sept. 2017.

Date de modification : 30 décembre 2017.

Statut : Terminé.

Résumé : Ce document donne des exemples d’usages pédagogiques des Questionnaires à choix multiples et fournit une grille d’analyse de situations intégrant ces usages.

Licence : Document placé sous licence Creative Commons : BY-NC-SA.

Introduction

Il est possible d’évaluer des connaissances via des QCM à différents moments, à différents stades de l’apprentissage. Cette évaluation peut se faire à des fins prospectives, instructives, formatives, sommatives, et fait appel à divers moyens (boîtiers de votes, applications de génération de QCM). Mais il est à noter que ce n’est pas l’utilisation intrinsèque de ces outils dans les activités qui mobilisent les apprenants. C’est la nature et les méthodes de questionnement les encadrant, ainsi que l’analyse des réponses obtenues, qui constituent les éléments-clés d’une perspective d’apprentissage actif.

Types de pédagogie favorisés

L’enseignant, lorsqu’il conçoit des QCM, doit souvent repenser son enseignement, en utilisant des méthodes pédagogiques souvent innovantes. L’utilisation de QCM permet de diversifier et de différencier ses méthodes pédagogiques, qui tour à tour selon les situations, pourront prendre les formes suivantes :

  • une pédagogie inversée, toute la partie magistrale du cours est dispensée de façon numérique et à distance (capsules vidéo, lectures, etc.) et le temps en présence est consacré au travail d’équipe, aux discussions et aux activités d’apprentissage.
  • une pédagogie différenciée, qui permet à chaque étape du processus d’apprentissage de recourir si besoin à des remédiations et, de ce fait, de personnaliser le parcours de l’apprenant.
  • une pédagogie interactive, où la trace des actions des apprenants en terme de participations et de contributions peut être recueillie et analysée par l’enseignant, à des fins de rétroactions.
  • une pédagogie participative et sociale, où l’enseignant se départit de son rôle de transmission du savoir stricto sensu mais se positionne en médiateur et se consacre au développement de la réflexion et de l’échange.

Situations d’utilisation de générateurs de QCM

On peut trouver les générateurs de QCM (voir Document Ressources – Générateurs de cours interactifs) dans différentes situations s’apparentant essentiellement aux évaluations diagnostique (en début de session de cours), formative (pendant) ou sommative (après). Voici, selon ces buts, des raisons de les utiliser.

Situation d’évaluation diagnostique

  • Prendre connaissance du niveau initial des apprenants
  • Prendre des informations sur les apprenants sur un thème donné (mise en évidence de pré-conceptions, compréhensions erronées)
  • Partir de leurs représentations pour introduire une nouvelle notion
  • Amorcer un cours pour susciter l’attention/l’intérêt des apprenants
  • Remettre en mémoire la/les notion(s) abordée(s) précédemment
  • Renforcer les acquis en les réactivant
  • Sensibiliser les apprenants au contenu de la formation/du cours.

Situation d’évaluation formative

  • Maintenir l’attention de l’auditoire
  • Vérifier la compréhension d’une notion ou d’une leçon, et réajuster si besoin (régulation en direct)
  • Entraîner des discussions ou des échanges lors d’un vote commun
  • Mettre les apprenants en situation d’exercice, de révisions pour consolider une notion
  • Favoriser la mémorisation en fixant les connaissances.

Situation d’évaluation sommative/certificative

  • Favoriser l’appropriation, l’ancrage des principales notions qui ont été abordées
  • Évaluer l’acquisition des connaissances de certaines connaissances sans interférer avec d’autres
  • Prendre en compte des modes de raisonnements diverses (réflexion, élimination d’items...) et des stratégies
  • Soutenir l’auto-formation.

Situations d’apprentissage proposées

Cette section répertorie quelques documents ou vidéos témoignant d’usages de QCM à différents niveaux scolaires. Il est possible de les analyser avec la grille présentée dans la section suivante.

En primaire

Dans le secondaire

Dans les universités

En formation des enseignants

  • Construire un “patron” de cours contenant différentes séances à spécifier, ainsi qu’un ensemble de QCM visant l’évaluation des connaissances. Ainsi, les enseignants en formation peuvent réaliser différents parcours d’apprentissage évalués par les mêmes QCM, ce qui permet leur comparaison.

Grille d’observation de pratiques

Cette grille permet d’observer et de relever les éléments pédagogiques, didactiques, relationnels et matériels d’une situation d’apprentissage intégrant un/des QCM, selon les critères listés ci-dessous (selon les situations considérées, tous ne peuvent être renseignés).

Eléments liés au dispositif

  • Matériel(s) utilisé(s) (ressources en ligne, boîtiers d’expression ou de vote, téléphones mobiles, tablettes, etc.).
  • Pré-requis : ressources mises à disposition des apprenants pour la réalisation du/des QCM.
  • Modalité(s) de travail
    • Identification des participants, anonymat au QCM
    • Activité(s) QCM : autonome, encadrée, guidée, etc.
    • Correction individuelle, collective, participative
    • Critères d’évaluations identifiés
  • Organisation temporelle
    • Activité(s) QCM en présence (pendant le cours) ou à distance (synchrone ou asynchrone)
    • Durée et fréquence de l’activité QCM dans la séance ou séquence

Eléments liés aux objectifs établis et aux usages

  • Objectifs d’apprentissage
    • Identification des objectifs
    • Intentions présentées aux apprenants
  • Usages
    : intervention du QCM dans la progression du cours
    • Moment(s) choisi(s)
    • Finalités (comme base de discussion, en validation, etc.)
  • Natures et formes
  • Rétroactions
    • Opérations de rétroactions associées
  • Traces
    • Traces conservées par l’enseignant, par l’apprenant
    • Intégration de ces traces dans la suite des travaux

Eléments liés aux stratégies d’apprentissage

  • Stratégies développées par les apprenants dans ce type d’enseignement
  • Compétences développées par les apprenants ? (discernement par ex. pour identifier les distracteurs, etc.)

Quizz

Question 1. À quoi correspond une pédagogie différenciée ?

  1. Toute la partie magistrale du cours est dispensée de façon numérique et à distance et le temps en présence est consacré au travail d’équipe, aux discussions et aux activités d’apprentissage
  2. Elle permet à chaque étape du processus d’apprentissage de recourir si besoin à des remédiations
  3. La trace des actions des apprenants en terme de participations et de contributions peut être recueillie et analysée par l’enseignant
  4. L’enseignant se départit de son rôle de transmission du savoir stricto sensu mais se positionne en médiateur

Question 2. A quoi correspond une pédagogie inversée ?

  1. Elle permet à chaque étape du processus d’apprentissage de recourir si besoin à des remédiations
  2. L’enseignant se départit de son rôle de transmission du savoir stricto sensu mais se positionne en médiateur
  3. La trace des actions des apprenants en terme de participations et de contributions peut être recueillie et analysée par l’enseignant
  4. Toute la partie magistrale du cours est dispensée de façon numérique et à distance et le temps en présence est consacré au travail d’équipe, aux discussions et aux activités d’apprentissage

Question 3. La prise de connaissance du niveau initial des apprenants correspond à ?

  1. Une situation d’évaluation diagnostique
  2. Une situation d’évaluation formative
  3. Une situation d’évaluation sommative
  4. Une situation d’évaluation certificative

Pour aller plus loin

Exercice 1 : Construction d’une carte mentale

Repérer et dégager graphiquement, en concevant une carte mentale (voir Document Les cartes de concepts pour évaluer l’apprentissage pour plus d’informations) les types de contributions/apports qu’offrent les QCM dans les apprentissages, à quels moments ils peuvent intervenir, et quelles sont les fonctionnalités et caractéristiques mobilisées. Le choix de l’application pour élaborer une carte est libre (Mindmeister, freemind, Xmind, etc.), mais choisir un outil où l’exportation des données est possible afin que la carte puisse figurer dans le dossier à rendre. Pour information, l’exercice suivant proposera une carte collaborative sous Mindmeister.

Exemples :

  • Quand on cherche à ce que les apprenants puissent s’auto-évaluer → Les actions de rétroactions doivent être permises et intégrées à chaque question.
  • Quand on cherche à développer la participation au travers des QCMs → La possibilité d’anonymer les participants doit être proposée.
  • Quand on cherche à ce que les résultats soient mutualisés → La fonctionnalité de « scoring » doit être possible afin de permettre de visualiser la copie numérique de chaque participant.

Exercice 2 : Compléter une carte mentale

(À faire après l’exercice précédent). Compléter la carte mentale générale proposée par l’auteure de cette Section [lien vers cette carte]. Cette carte présente les différents apports des QCM dans les situations d’enseignement et d’apprentissage, et les caractéristiques requises par les générateurs de QCM. Y ajouter quelques-unes de vos réflexions issues de votre propre carte mentale établie lors d’une activité précédente (cf. exercice précédent).

Cette carte est librement éditable de façon collaborative. Cette carte peut également souligner les manques ou lacunes des générateurs de QCM. La carte mentale générale, ainsi produite, sera placée sous licence Creative Commons BY-NC-SA.

Exercice 3 : Étudier les fonctionnalités des générateurs de cours

Au regard de la carte mentale générale et collaborative et de la vôtre élaborée dans l’exercice 1 ci-dessus, établir et compléter la structure générale des fonctionnalités de logiciels et sites de génération de QCM (voir Section Ressources – Générateurs de cours interactifs) en expérimentant une de ces applications de votre choix et en complétant le document collaboratif (voir lien vers le document). La structure proposée n’est pas exhaustive et peut donc être modifiée (le document collaboratif utilise le logiciel libre Framacalc).

Voici des suggestions de rubriques : application autonome ou site, format des items, permet des rétroactions différentes par réponse, permet d’ajouter du contenu structuré, etc. En se basant sur les trois items de QCM écrits lors de la séance 5 du cours (5. Conception d’un QCM sur papier, partie 1 (11/10/17)) et des caractéristiques des générateurs de QCM, construire le QCM de ces 3 items avec l’outil répondant aux différents critères souhaités (de rétroactions etc.).