Thèse d’I. Lermigeaux-Sarrade – Rôle de l’organisation de l’espace

Ce vendredi 16 novembre, j’ai participé au jury évaluant la thèse d’Isabelle Lermigeaux-Sarrade, dirigée par Michel Grangeat, et devant le jury composé (outre nous deux), de

Cette thèse s’intéresse aux relations entre l’activité de l’enseignant en cours de sciences au collège, la qualité des interactions des élèves en situation de résolution de problèmes, et les contraintes propres à l’organisation spatiale de la classe (“bus”, “peigne”, ou îlots). Un dispositif spécifique de récupération de l’emplacement de l’enseignant dans la classe a été mis en œuvre, via des capteurs infra-rouge.

Ce dispositif permet de déterminer les possibles effets de la position de l’enseignant sur le comportement des élèves. Par exemple, dans le graphique ci-dessous (p. 215 de la thèse), on peut voir l’intensité de l’activité hors-tâche des élèves (couleur d’autant plus chaude que la hors-tâche est importante, toutes classes confondues), en fonction de la distance de l’enseignant aux élèves concernés (abscisses) et du déroulement temporel de la leçon (ordonnées).