Les apprentissages professionnels des enseignants

J’ai participé à Toulouse, hier, mardi 29 novembre, au jury de la thèse de Fatiha Tali, dont le titre est “Les apprentissages professionnels des enseignants, Le cas d’une formation hybride d’enseignants du second degré se spécialisant pour scolariser des élèves en situation de handicap”. Thèse de sciences de l’éducation réalisée au Laboratoire EFTS (Education, Formation, Travail, Savoirs).

Le but de sa thèse a été d’évaluer l’impact, sur une année scolaire, d’un dispositif de formation professionnelle continue des enseignants du second degré, hybride, sur la scolarisation d’élèves en situation de handicap à partir de leurs traces écrites dans un carnet de bord, leur sentiment d’auto-efficacité et leurs pratiques, avec une approche mixte, qualitative et quantitative. Une comparaison de trois groupe était faite : un groupe de 5 enseignants suivant la formation hybride, un groupe suivant la même formation en présence, et un groupe sans formation. Un modèle socio-cognitif de formation hybride, fondé sur celui d’Huberman, est proposé.
Le jury, outre moi-même, était composé de :

Thesis: Analyzing Text Complexity and Timeline Evolution

On next Monday, the 26th of September, I will be in the PhD Thesis defence committee of Lucia Larise Stavarache. She designed “BlogCrawl” on top of ReaderBench, which allows to automatically harvest forums and chats, to be in turn analyzed by ReaderBench in terms of knowledge building and participation. Below is an excerpt of her thesis.

The approach underneath this thesis explores and integrates advanced Computer Supported Collaborative Learning, Natural Language Processing techniques and Learning Communities research in a consolidated view of how knowledge emerges from supervised and alternative educational environments. Furthermore, extending the dimensional space of analysis through time, topics and sentiments, this thesis presents a multi-dimensional analysis on the evolution of learning communities. Going one step further, the findings resulted are then crossed analyzed from a tutor student relationship in order to fill the current gaps and converge to a collaborative educational approaches inspired by the work of Bakhtin (Bakhtin, 1981) Vykostki (Vygotsky, 1978), Scardamalia (Scardamalia, 2002) and Stahl (Stahl, Koschmann, & Suthers, 2006).
The committee is composed of Nic Nistor, Florin Radulescu, Stefan Trausan-Matu (supervisor), and myself.

Teacher’s Sensitivity towards pupils: a Mobile Eye Tracking Study

Just presented, yesterday the 14th of September, at EC-TEL conf. (in Lyon), a study aiming at investigating which cues teachers detect and process from their students during instruction. This information capturing process depends on teachers’ sensitivity, or awareness, to students’ needs, which has been recognized as crucial for classroom management.

We recorded the gaze behaviors of two pre-service teachers and two experienced teachers during a whole math lesson in primary classrooms. Thanks to a simple Learning Analytics interface, the data analysis reports, firstly, which were the most often tracked students, in relation with their classroom behavior and performance; secondly, which relationships exist between teachers’ attentional frequency distribution and lability, and the overall classroom climate they promote, measured by the Classroom Assessment Scoring System. Results show that participants’ gaze patterns are mainly related to their experience. Learning Analytics use cases are eventually presented, enabling researchers or teacher trainers to further explore the eye-tracking data.
The co-authors of this study are: Olivier Cosnefroy, LSE, Univ. Grenoble Alpes & Vanda Luengo, LIP6, UPMC, Paris.
The full paper is available here.

Thèse : L’évaluation dans les enseignements scientifiques fondés sur l’investigation

J’ai participé hier, jeudi 16 juin, au jury de thèse de doctorat de Céline Lepareur, LSE, qui a étudié les modalités et stratégies d’évaluation formative des enseignants, et la manière dont elles peuvent influer sur les processus d’autorégulation des élèves, dans des séances d’enseignement scientifique fondées sur l’investigation (dorénavant ESFI) en collèges et lycées (mathématiques, sciences de la vie et de la terre, sciences physiques et chimiques).
Elle a vidéoscopé et analysé sept séances d’enseignement (de la 6e à la seconde), et a déterminé les co-occurrences des stratégies d’évaluation formative et de régulation des enseignants avec différents types de processus d’autorégulation (cognitifs et affectifs), en utilisant le logiciel Transana. Elle a enregistré et analysé des séances de cours “standard”, puis des séances, menées par les mêmes enseignants, après un séminaire de travail collectif visant à ajouter une dimension d’évaluation formative.
Elle montre notamment, au bout d’une analyse très fine du décours de séances d’enseignement que l’insertion de modalités d’évaluation formative dans des EFSI permet de placer les élèves dans des processus d’autorégulation, des stratégies de résolution plus fréquents, ainsi qu’une mobilisation de ressources plus diversifiée.
Le jury, outre moi-même, était composé de : Jean-Marie Boilevin, Univ. de Bretagne Occidentale, Laurent Cosnefroy, ENS Lyon, Michel Grangeat, LSE, Univ. Grenoble Alpes (directeur), Patricia Marzin-Janvier, Univ. Grenoble Alpes, Lucie Mottier Lopez, Univ. de Genève.

Comment la motivation des élèves évolue-t-elle en CP ?

L’objectif général de cette recherche, réalisée en collaboration avec Olivier Cosnefroy et Cécile Nurra, est de mieux comprendre l’évolution de la motivation des élèves en début de scolarité obligatoire (cours préparatoire) tout en interrogeant les facteurs sur lesquels il est possible d’intervenir afin d’influencer le niveau de motivation et son évolution au cours de l’année, comme la qualité de la relation élèves-enseignant. En début, en milieu et en fin d’année de cours préparatoire, 270 élèves de 45 classes ont été interrogés. Des observations collectées individuellement auprès des élèves, ainsi que quatre cycles d’observation des pratiques enseignantes sur une échelle standardisée, ont permis de mettre en relation ces pratiques avec l’évolution de leur motivation pour la lecture durant une année.

Les résultats montrent que les élèves présentent majoritairement une motivation pour la lecture stable et élevée tout au long de l’année, mais que cette tendance moyenne masque des évolutions spécifiques plus variables, notamment décroissantes. Il apparaît que la qualité du soutien à l’apprentissage fourni aux élèves par l’enseignant augmente la probabilité des élèves d’appartenir au groupe motivationnel stable et élevé.
[Article en PDF] [Recension par le Café pédagogique]

Un classement des revues en accès ouvert sur les technologies éducatives

Un article récent de Perkins et al. (2016) met en évidence l’augmentation récente de revues de type “open access” (en accès libre et gratuit, ou ouvert). Cette augmentation se constate dans tous les domaines, et notamment dans celui des technologies éducatives : les auteurs estiment que, sur environ 270 revues de ce domaine, environ le tiers est en accès ouvert.

Les auteurs de l’article ont réalisé un sondage auprès de deux groupes de personnes : – les auteurs d’un article provenant d’une liste de 26 revues en accès ouvert (échantillon, plus de 2 200, 360 d’entre eux ont répondu au questionnaire), – des professionnels dans le champ des technologies éducatives, dont les courriels ont été récupérés via listes de diffusion ou média sociaux (taille de l’échantillon inconnue, près de 200 réponses).
L’une des questions était : citez les 5 revues les plus influentes du champ. Les revues suivantes, classées par pourcentage de votes décroissant, sont mentionnées. Nous n’avons gardé que les revues avant des valeurs supérieures à 5 % :

  1. EDUCAUSE Quarterly (EDUCAUSE)
  2. Australasian Journal of Educational Technology (AJET)
  3. International Review of Research in Open and Distributed Learning (IRRODL)
  4. Educational Technology & Society (ETS)
  5. First Monday

Les auteurs utilisent les autres questions pour calculer une valeur agrégée pour chaque revue, en fonction des critères suivants : prestige, interaction avec les revues (lecture, citation), vitesse de traitement des revues, taux de rejet, rigueur du processus de relecture des articles. Cela donne le classement suivant (par ordre décroissant) :

  1. THE Journal: Transforming Education through Technology (THE Journal)
  2. Turkish Online Journal of Distance Education (TOJDE)
  3. Journal of Online Learning and Teaching (JOLT)
  4. Contemporary Issues in Technology and Teacher Education (CITE Journal)
  5. Turkish Online Journal of Educational Technology (TOJET)
  6. Electronic Journal of e-Learning (EJEL)
  7. Journal of Distance Education (JDE)
  8. Asian Journal on Education and Learning (AJEL)
  9. European Journal of Open and Distance Learning (EURODL)
  10. International Journal of Educational Research and Technology (IJERT)
  11. International Review of Research in Open and Distr. Learning (IRRODL)
  12. Journal of Technology Education (JTE)
  13. Computers and Composition Online (CCO)
  14. Canadian Journal of Learning and Technology (CJLT)
  15. EDUCAUSE Quarterly / Review (EDUCAUSE)
  16. International Journal of Designs for Learning (IJDL)
  17. First Monday
  18. Journal of Computer-Mediated Communication (JCMC)
  19. Educational Technology & Society (ETS)
  20. Journal of Asynchronous Learning Networks (JALN)
  21. eLearning Papers (eL Papers)
  22. Online Journal of Distance Learning Administration (OJDLA)
  23. Australasian Journal of Educational Technology (AJET)
  24. Kairos
  25. Research in Learning Technology (ALT-J)

À une époque où il est souvent difficile de déterminer si une revue en accès ouvert est “prédatrice” ou bien intentionnée (voir le blog de J. Beall à https://scholarlyoa.com, qui réalise un travail salutaire en proposant une liste de revues prédatrices), une telle enquête va permettre au monde académique intéressé par les technologies éducatives de mieux cibler les revues dans lesquelles il diffuse ses résultats de recherche.
Perkins, R. A., & Lowenthal, P. R. (2016). Open access journals in educational technology: Results of a survey of experienced users. Australasian Journal of Educational Technology, 32(3), 18–37. http://dx.doi.org/10.14742/ajet.2578
Note : ce billet est initialement paru dans les nouvelles du site ORPHEE à http://www.orphee-edu.fr/news/un-classement-des-revues-sur-les-technologies-éducatives-en-accès-ouvert

Séminaire Chercheurs 2.0 ou les académiques anonymes

J’ai présenté ce jour, le 5 avril 2016, à un séminaire de mon laboratoire un ensemble de ressources permettant à tout chercheur d’utiliser les outils informatisés les plus appropriés aux différentes étapes de sa recherche. Certains principes de productivité académique sont ensuite détaillés et commentés, comme base de possibles futures réunions où les “académiques anonymes” détaillent leurs problèmes académiques comme le font les autres groupes plus célèbres avec le même qualifiant.

Il est possible d’accéder aux documents suivants.

Les élèves de primaire ajustent leur niveau de langage à la thématique des textes qu’ils lisent

Les recherches en sociolinguistique ont montré que le type de langage produit par les individus dépend, entre autres facteurs, du contexte de l’échange. Cet effet est constaté à un niveau macroscopique lorsqu’on distingue de grandes catégories de contextes comme les situations formelles (consultation médicale, entretien d’embauche) et les situations familières (repas en famille, discussion entre amis). Cet effet persiste également au niveau de micro-contextes caractérisant les moments successifs d’une même conversation en fonction de paramètres tels que le thème de l’échange en cours (Patterson, 1992).
Peut-on penser qu’on s’adapte également, lorsqu’on évoque un texte précédemment lu, à sa thématique ? Y-a-t-il un lien entre les productions orales formelles d’élèves de cycle 3 et leur compréhension en lecture ? En effet, la compréhension en lecture passant par la compréhension du langage écrit (qui est un langage formel, ou en tout cas différent du langage oral dans son usage quotidien), nous avons souhaité observer si le niveau de compréhension en lecture et l’habileté à utiliser un langage formel lors de la restitution de textes lus étaient liés.

80 élèves de cycle 3 (25 CE2, 28 CM1 et 27 CM2) âgés de 8 à 11 ans ont passé un test de compréhension obtenu à partir de la lecture silencieuse de deux textes suivis de questions présentées par écrit. De plus, ils devaient rappeler oralement 2 autres textes narratifs : une histoire fantastique et une histoire de la vie quotidienne. Après avoir lu les textes à voix haute, il était demandé aux élèves de les rappeler oralement. L’histoire fantastique racontait l’histoire d’une jeune Dieu qui, pour empêcher la sécheresse sur la Terre, a dû aller combattre dans le ciel un serpent qui buvait toute l’eau des nuages. L’histoire de la vie quotidienne racontait l’histoire d’une famille qui, pendant le repas, entendait des bruits bizarres dans la maison. Ces épreuves ont été réalisées dans le cadre du projet ANR DEVCOMP.
Ces deux textes ont été analysés de manière automatique avec le logiciel Readerbench (voir l’article ReaderBench : un outil pour évaluer la complexité de textes et identifier les stratégies de lecture) qui permet notamment une analyse multidimensionnelle de la complexité textuelle à partir de plus d’une centaine d’indicateurs de différents niveaux : analyse des facteurs de surface, des aspects lexicaux, morphologiques syntaxiques et sémantiques. Pour déterminer la complexité des textes, ReaderBench s’appuie sur un corpus d’entraînement composé d’ouvrages de littérature jeunesse et de manuels scolaires des différents niveaux de l’école élémentaire. Les deux textes sont de complexité équivalente et correspondent à un niveau CE2 selon le logiciel.
Afin de déterminer la formalité des rappels oraux, nous avons analysé deux indicateurs :
• une variable sociolinguistique : la réalisation optionnelle du /l/ dans le pronom clitique “il(s)” puisque des travaux ont montré que les adultes et les enfants le réalisent davantage en situation formelle (Armstrong, 1996 ; Chabanal, 2003). À partir du comptage du nombre d’occurrences de /l/ réalisées et non réalisées, nous avons calculé un pourcentage d’usage de la variante formelle, c’est-à-dire lorsque le segment consonantique est réalisé.
• un indicateur linguistique : le nombre moyen de types, indicateur de complexité discursive, qui évalue le nombre moyen de mots différents produits. Cette analyse a été effectuée automatiquement avec ReaderBench.
Le type de texte influe sur le caractère formel du rappel oral
Les élèves de cycle 3 produisent deux fois plus de variantes formelles de la variable /l/ dans le pronom clitique “il(s)” lors du rappel de l’histoire fantastique que lors du rappel de l’histoire de la vie quotidienne. Ce pattern s’observe dans chaque niveau scolaire bien que la différence ne soit pas significative en CE2. Elle l’est toutefois en CM1 et en CM2 avec des tailles d’effet très importantes. En ce qui concerne l’indicateur de complexité discursive (le nb moyen de types), on relève également un effet fort du texte (plus de types lors du rappel de l’histoire fantastique que lors de celui de l’histoire de la vie quotidienne), significatif dans chaque niveau scolaire.
Le niveau de compréhension en lecture prédit la formalité des productions orales des élèves pour des textes de la vie quotidienne
Afin de déterminer les facteurs permettant d’expliquer la variabilité de la formalité des productions orales lors du rappel des textes, nous avons mis en œuvre des régressions hiérarchiques avec nos indicateurs de formalité en variable dépendante (VD) et en facteurs, le type de texte, le score de compréhension et l’interaction texte*score de compréhension.
Ce modèle à 3 facteurs explique 27,5% de la variance des % de /l/ dans “il(s)” réalisés. On y retrouve un fort pouvoir prédictif du texte lu avant le rappel qui rend compte de 21% de la variance. Quant au facteur score de compréhension et à l’interaction texte*score de compréhension, ils rendent compte respectivement de 2,6% et 3,4% de la variance des scores de la VD. Le graphe de régression présenté en Figure 1 illustre les résultats du modèle.

Figure 1. Graphe de régression : VD = % de /l/ dans “il(s)” réalisés.
La courbe rouge montre que, pour l’histoire de la vie quotidienne, plus le score de compréhension augmente, plus les % de /l/ dans “il(s)” réalisés diminuent dans le rappel du texte. Pour l’histoire fantastique (courbe mauve), ce n’est pas le cas : les % de /l/ dans “il(s)” réalisés restent relativement stables quel que soit le niveau de compréhension.
Finalement, le niveau de compréhension est peu lié aux usages formels quand le contenu thématique du texte est peu familier des élèves ce qui est le cas avec l’histoire fantastique qui est un récit de fiction dans lequel les actions décrites ne font pas partie du quotidien des enfants. Toutefois, dès lors que le texte relate des scènes de la vie quotidienne, il apparait que les meilleurs compreneurs ajustent leurs usages de la variable sociolinguistique à la situation rappelée en produisant moins de variantes formelles.
Des travaux, menés chez l’adulte et l’enfant, ont montré que la fréquence d’usage de la variante formelle de la variable /l/ dans “il(s)” était plus importante en situation formelle qu’en situation informelle. Dans notre étude, la situation est la même pour tous les élèves et peut être qualifiée de “plutôt formelle“ puisqu’il s’agissait d’une passation individuelle dans l’enceinte scolaire avec un adulte inconnu. Nos résultats, par rapport aux travaux antérieurs, montrent qu’à situation de formalité identique, les meilleurs compreneurs adaptent leur usage de la variable en fonction de la thématique du texte rappelé.
Information supplémentaire
Cette recherche fait suite à une collaboration entamée dans le cadre du projet ANR DEVCOMP (ANR-10-BLAN-1907, coordonné par Maryse Bianco, Laboratoire des Sciences de l’Éducation, Univ. Grenoble Alpes) et s’est déroulée dans le cadre d’un projet financé par le Pôle Grenoble Cognition (AAP 2014) réunissant des chercheurs du Laboratoire des Sciences de l’Éducation, du LIDILEM (Univ. Grenoble Alpes) et du département d’informatique de l’École Polytechnique de Bucarest.
Ce billet est similaire à un billet du PGC décrit ici.
Elle a fait l’objet d’une communication orale : Nardy, A., Bianco, M., Dessus, P., Buson, L., Dascalu M, Trausan-Matu, S., Mout, T. (2015). Compréhension en lecture et productions orales formelles chez des élèves de cycle 3. Sixième Colloque International de l’Association Française de Linguistique Cognitive (AFLiCo VI) : Langage, Cognition et Société, 26-28 mai 2015, Grenoble. [Présentation]
Contact : Aurélie NARDY, LIDILEM & Laboratoire des Sciences de l’Éducation, Univ. Grenoble Alpes Courriel : aurelie.nardy(@)univ-grenoble-alpes.fr

Présentation de ReaderBench à BeyondLab

Jeudi 4 février 2016, j’ai réalisé une courte présentation à propos de ReaderBench, le logiciel d’analyse textuelle sur lequel je travaille, principalement avec mes collègues Mihai Dascalu et Stefan Trausan-Matu.

Cette présentation était organisée par BeyondLab, une association dont le but et de mettre en relation chercheurs et entrepreneurs, et de faire de la veille technologique. Trois autres conférenciers intervenaient :

La suite de la manifestation était de réunir, par groupes, les personnes intéressées par chaque projet. Nous avons discuté une heure à préciser les besoins de notre logiciel, en termes de corpus, de temps machine, mais aussi quelques applications possibles (MOOC, classe inversée). Nous avons fini par quelques considérations éthiques (ne pas aller trop loin à tracer l’activité des élèves et de l’enseignant).
Etienne Giorgetti, “illustrateur de concepts”, a intelligemment dessiné le fonctionnement de ReadeBench ci-dessous. Merci à lui.

width= »128″ height= »128″>

Site de l’événement

[Diaporama]

Thèse “Epistémè de la motivation”

J’ai participé ce jour au jury de soutenance de thèse de sciences de l’éducation de M. Claude-Alexandre Magot (en compagnie de MM. Bruno de Lièvre, Fabien Fenouillet, Pascal Marquet, dir., et Marc Weisser, prés.). La thèse, intitulée “Epistémè de la motivation. Premiers éléments d’une analyse vectorielle ?”, s’est soutenue à l’université de Strasbourg.

[Annonce]

Voici le résumé de la thèse. Cette recherche explore les perspectives d’une complémentarité des approches humanistes et (socio-)cognitivistes des théories de la motivation avec des élèves scolarisés en SEGPA pour l’apprentissage du français. L’analyse statistique non paramétrique puis paramétrique de questionnaires élaborés à partir de la théorie de l’auto-détermination et de celle du sentiment d’auto- efficacité traduit l’évolution des variables de la motivation de ces élèves suite à une formation à la TRIZ (Theory of Inventive Problem Solving, Altshuller). Ces résultats sont comparés aux réussites à une épreuve de français du Certificat de Formation Générale pour définir le comportement comme une fonction croissante des variables de motivation et d’activité. Le traitement du corpus conduit cette étude à proposer une rupture épistémologique et à adopter un positionnement porté par une analogie entre le concept de force en physique et celui de motivation en psychologie.